Afin de souligner la transmission des savoirs et techniques du métier de pêcheur aux Iles-de-la-Madeleine, l’Association des pêcheurs des Îles-de-la-Madeleine participe régulièrement à la soirée des finissants tenue dans l’archipel.

 

D’abord, parce qu’une grande partie du transfert des connaissances se fait de père en fils, les nouveaux capitaines passent traditionnellement de nombreuses années à enrichir leurs connaissances comme aide-pêcheur avant de devenir propriétaire d’une entreprise de pêche. Toutefois, étant donné l’évolution rapide de l’industrie de la pêche et du transfert notable des responsabilités du ministère des Pêches et des Océans vers les pêcheurs, la professionnalisation de ce métier permet aux futurs capitaines d’être efficacement outillés pour gérer une entreprise de pêche dans le contexte d’aujourd’hui.

 

Aussi, l’Association des pêcheurs des Îles-de-la-Madeleine travaille de concert avec la Commission scolaire des Îles depuis la mise sur pied du programme, ce qui assure la qualité et la pertinence de contenu du diplôme d’études professionnelles (DEP) en pêche. Dans le but de démontrer son soutien, le président monsieur Mario Déraspe a remis au nom de l’Association, le 17 mai dernier, deux bourses de deux cent cinquante dollars chacune lors de cette soirée. Les deux récipiendaires 2014 sont donc monsieur Christian Aubé, qui s’est distingué dans la catégorie Pour sa persévérance, de même que monsieur Mathieu Martinet, qui s’est distingué dans la catégorie Pour ses résultats académiques.

 

L’Association des pêcheurs des Îles-de-la-Madeleine en profite pour féliciter l’ensemble des étudiants inscrits au programme, les remercie de leur intérêt pour l’industrie des pêches et leur souhaite une fructueuse carrière au sein de la flottille des homardiers des Iles-de-la-Madeleine.

 

 

 

Par Annie Landry -Association des Pêcheurs des Îles-de-la-Madeleine

 

Il n’est pas simple de faire le portrait actuel de l’industrie du homard en quelques lignes. Cependant, selon une étude économique déposée par Pêches et Océans le printemps dernier, l’industrie du homard aux Îles-de-la-Madeleine représente toujours la principale source de revenus pour l’ensemble de la population de l’archipel. Par contre, ce pilier économique subit les conséquences d’une crise généralisée qui ébranle l’industrie du homard à l’échelle de l’Amérique du Nord. Dans l’ensemble des pêcheries du Maine et des provinces maritimes du Canada, le homard des Îles-de-la-Madeleine ne représente qu’environ 5% de ce qui est pêché puis distribué sur les marchés pour lesquels la compétition est forte. Le homard n’étant pas un produit de première nécessité, son prix a dramatiquement chuté avec la crise financière de 2009 et il peine toujours à se relever cinq ans plus tard. En plus, comme les captures sont généralement à la hausse dans plusieurs régions, hausse qu’on attribue surtout au réchauffement des eaux, ceci amène aux acheteurs à quai des Îles-de-la-Madeleine un défi de taille ; la conservation de leurs marchés traditionnels.

 

Innover encore et encore

Le homard des Îles-de-la-Madeleine, selon les connaisseurs, se démarque de par sa qualité supérieure. Sa saveur rehaussée, la qualité de sa chair et l’optimisation de ses valeurs nutritives sont le résultat d’une combinaison de facteurs bien spécifiques. Par exemple, le homard croît dans un milieu naturel sur les fonds rocheux qui entourent l’archipel, ce qui lui assure une carapace solide et riche en minéraux, signe d’un crustacé en excellente santé. Aussi, les captures ont uniquement lieu durant le printemps (une seule saison de pêche par année), dans des eaux très froides et juste avant la mue, ce qui garantit une chair pleine au goût particulier très estimée. Les mesures volontaires mises en place pour conserver la ressource ont également valu à l’Association des pêcheurs des Îles-de-la-Madeleine l’obtention de la certification «pêche durable» par le prestigieux Marine Stewardship Council, un organisme mondial, c’est la première fois en Amérique qu’une association de pêcheurs de homard obtient une telle certification. De ce fait, le homard des Îles-de-la-Madeleine est aussi devenu la première pêche côtière au homard écocertifiée au Canada.

 

L’écocertification

L’écocertification correspond à une catégorisation des produits basés sur le respect de critères environnementaux durables. C’est une tendance qui vient principalement de l’Europe, mais qui prend de plus en plus de place en Amérique du Nord. La certification du Marine Stewardship Council (MSC) s’adresse, elle, uniquement aux produits de la mer. C’est un organisme qui analyse toute pêcherie dans le monde qui désire être reconnu selon les plus hautes exigences de durabilité. Donc, la certification MSC assure aux consommateurs que lorsqu’ils achètent du poisson ou des fruits de mer, ils ne participent pas au problème mondial de la surpêche ni à la destruction des fonds marins. Cette nouvelle tendance vient donc d’une conscience environnementale grandissante et c’est pour répondre aux exigences de leurs consommateurs que les grandes chaînes d’alimentations du Québec amorcent ce type de virage.

 

La traçabilité

La traçabilité, c’est enfin une identification adéquate du homard, qui permet son suivi de la mer à l’assiette ; du pêcheur au consommateur. Pour ce faire, les homardiers des Îles-de-la-Madeleine apposent un élastique muni d’un identifiant affichant les logos du MSC d’un côté et d’Aliment du Québec de l’autre. Ces identifiants sont munis d’un code sécurisé dans le but de tracer la provenance du produit. Afin d’en vérifier l’origine, le consommateur n’a qu’à entrer ce numéro à l’endroit désigné sur le site www.homardsdesilesdelamadeleine.com et y retrouver de l’information tant sur les pêcheurs participants que sur la pêcherie au homard des Îles-de-la-Madeleine. En exigeant le homard identifié Îles-de-la-Madeleine, le consommateur a maintenant la possibilité d’acheter un produit de qualité et de participer au maintien d’une pêche durable.

 


Une campagne de promotion du homard des Îles-de-la-Madeleine est rendue possible grâce au partenariat entre les caisses populaires des Iles et l’Association des pêcheurs des Îles-de-la-Madeleine. De gauche à droite : M. Yvon Cormier directeur général de la caisse de Fatima, M. Benoit Cormier directeur Gestion des avoirs et Services aux particuliers à la caisse Des Ramées, M. Léonard Poirier directeur de l’Association des pêcheurs des Îles, Mme Annie Landry responsable des communications à l’Association des pêcheurs des Îles, M Dany Cormier Directeur principal de Desjardins entreprises et M. Francis Simard directeur général de la caisse de Havre-aux-Maisons.

homard campagne 2014L’Office des pêcheurs des Îles de la Madeleine a fait appel à l’agence Gemini pour élaborer la nouvelle stratégie de communication et le visuel de la campagne du homard 2014. Celle-ci vise à réaffirmer ce produit déjà connu et surtout recommandé par les connaisseurs.

Les pêcheurs des homards des Îles de la Madeleine ont également mis à jour leur site Web. Ce site en plus d’être un élément promotionnel en lui-même, permet aux consommateurs de valider l’origine du produit recherché par les connaisseurs grâce à une étiquette avec un code sécurisé portant la mention Îles de la Madeleine.

Cette campagne sera diffusée sur plusieurs médias québécois.

À noter que le homard des Îles de la Madeleine est le seul en provenance d'une pêche côtière certifiée MSC au Canada.

Source : ilesdelamadeleine.com

Photo-104-620x350Initialement prévue pour samedi, l’ouverture de la pêche au homard aux Îles-de-la-Madeleine se tiendra vendredi matin.

Des prévisions de forts vents du sud-ouest de 50 km / h forcent Pêches et Océans Canada à devancer d’une journée le départ des 325 bateaux des 10 quais de l’archipel.

La directrice par intérim de Pêches et Océans aux Îles, Sylvette Leblanc, explique que la navigation serait dangereuse pour les bateaux, chargés de dizaines de lourds casiers à homards, en raison des grands vents.

« En terme de stabilité du bateau, ne serait-ce que le fait que les aides-pêcheurs, qui sont sur le bateau, n’ont pas toute la place pour travailler. C’est difficile de se parler de l’un à l’autre s’il y en a un en arrière et un en avant. Quand il y a une bonne houle en plus, une bonne vague, on comprend que ça peut être pas mal plus dangereux. » — Sylvette Leblanc

Les fonctionnaires de Pêches et Océans ont consulté les pêcheurs avant de prendre la décision de devancer la mise à l’eau des 89 000 casiers à homards.

Les 1000 pêcheurs et aides-pêcheurs des Îles doivent désormais accélérer leurs préparatifs.

On ignore pour l’instant si le ministre des Pêcheries, Pierre Paradis, et le premier ministre Philippe Couillard pourront devancer leur séjour dans l’archipel.

La pêche au homard avait été repoussée en raison de l’hiver rigoureux et du printemps tardif.

 

Photo : Guylaine Richard
Source : Radio-Canada


Le personnage de Omar devient la figure emblématique pour promouvoir le homard des Îles de la Madeleine, il sera donc au cœur de la prochaine campagne promotionnelle qui sera lancée dès la mi-mai par l’Association des pêcheurs propriétaires des Îles de la Madeleine (APPIM).

homard 2014-620x350«C’est une super nouvelle pour nous de voir notre personnage devenir porte-parole de ce produit haut de gamme et recherché par les vrais connaisseurs de homard, l’utilisation de celui-ci permet de donner de l’expression à la campagne et partager des émotions en  inspirant aux consommateurs un sentiment joyeux.  Il est dynamique et en animation on peut le faire bouger évidemment, mais même sur des médias statiques son utilisation est intéressante pour faire le rappel de la campagne et créer un certain buzz.  La nouvelle campagne se veut audacieuse, car dans ce secteur dit sérieux, l’utilisation d’un personnage «cartoon» nous permet de nous démarquer et sortir des sentiers battus» de dire Dany Bouffard, directeur de Bedecomics.

Les consommateurs auront la chance d’apprécier la publicité créée par l’agence Gemini dans le cadre de la campagne promotionnelle qui sera lancée le 10 mai 2014 à la mise à l’eau des cages.

Source : ilesdelamadeleine.com


La pêcherie de homard (Homarus americanus) au casier vient d’être certifiée suite à une évaluation indépendante menée par SAI Global selon le Référentiel MSC pour des pêcheries durables et bien gérées. La pêcherie opère dans la Zone de Pêche de Homards (LFA) 22, dans le Golfe du Saint-Laurent, sur la côte Est du Canada. Les homards, pêchés aux casiers appâtés par 325 bateaux de pêche enregistrés, peuvent désormais porter le label bleu du MSC.La pêcherie de homard des Îles-de-la-MadeleineLe homard Homarus americanus est l’un des plus gros crustacés marins, pouvant atteindre 60 cm et peser jusqu’à 18 kg.

Les débarquements de homards américains se font principalement sur la côte Atlantique du Canada et la côte Nord-est des États-Unis.Les captures pour la zone LFA 22 s’élevaient à 2668 tonnes en 2012 et devraient atteindre 2717 tonnes en 2013. La capture de homards de la zone LFA 22 est débarquée en mai et juin. La majorité est vendue en frais, principalement au Québec. Le client porteur de la certification est l’Association des Pêcheurs Propriétaires des Îles-de-la-Madeleine.

La pêcherie saisonnière de homard des Îles-de-la-Madeleine représente une activité économique importante pour les 13 000 personnes vivant sur ces îles. En 2010, la pêcherie de homard a par exemple généré une valeur totale de débarquement d’environ 26 millions de dollars canadiens par an. Les activités associées aux secteurs de transformation primaires et secondaires du homard génèrent des emplois pour environ 10% de la population.L’avis du client«Pour l’Association des Pêcheurs Propriétaires des Îles-de-la-Madeleine, l’annonce de l’obtention de la certification MSC est un espoir. Cette haute distinction, qui reconnaît notre respect de l’environnement et la durabilité de nos méthodes de pêche, nous permettra de consolider nos principaux marchés et, en principe, d’en développer de nouveaux.» déclare le directeur de l’Association, Monsieur Léonard Poirier.

L’avis du MSC«Le MSC félicite la pêcherie de homards aux casiers des Îles-de-la-Madeleine qui entre sur le marché des produits de la mer durables certifiés MSC», témoigne Kerry Coughlin, Directeur du MSC en Amériques. «Nous sommes ravis de voir la première pêcherie de homard côtier du Canada obtenir la certification MSC. Dorénavant, plus de la moitié des débarquements des pêcheries canadiennes au Canada sont certifiés MSC, consolidant le rôle de leader du Canada dans le mouvement mondial des produits de la mer durables.»À propos de l’évaluation et de la certificationL’organisme de certification SAI Global, indépendant et accrédité, a mené cette évaluation durant laquelle les 3 principes du MSC ont été étudiés en détail: l’état du stock, l’impact de la pêcherie sur l’écosystème marin et le système de gestion de la pêcherie. Pour trouver plus d’informations sur la pêcherie au casier de homard des Iles-de-la-Madeleine et consulter le Rapport Public de Certification complet détaillant les scores obtenus par la pêcherie, consultez le site internet de MSC.

 

Source : Marine Stewardship Council



Ministre Site copy


La députée des Îles-de-la-Madeleine et adjointe parlementaire du ministre, Mme Jeannine Richard a annoncé, au nom du vice-premier ministre et ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, M. François Gendron, une aide financière de 289 097 dollars à l'Association des pêcheurs des Îles-de-la-Madeleine pour la poursuite de son projet visant l'obtention de la certification du Marine Stewardship Council (MSC) pour la pêche au homard dans l'archipel.

Le soutien financier du Ministère, réparti sur une période de trois ans, servira à compléter les dernières étapes pour l’obtention de l’écocertification du homard des Îles-de-la-Madeleine par les pêcheurs. Une fois obtenu, ce label garantira aux consommateurs du Québec et d’ailleurs qu’ils achètent réellement du homard issu d’une pêche responsable qui respecte le code de conduite de l’Organisation des Nations Unies : c’est-à-dire qui assure le renouvellement de l’espèce et ne détruit pas son environnement.

Dès l’obtention de son certificat de validation MSC, l’Association des pêcheurs des Îles-de-la-Madeleine promouvra l’intérêt pour les autres entreprises de la chaîne d’approvisionnement (acheteurs à quai, grossistes et grandes chaînes) d’obtenir leur certificat «Chaîne de garantie d’origine» afin d’en faire bénéficier les consommateurs de homard des Ïles-de-la-Madeleine, le homard des connaisseurs.


Sur la photo: M. Jérôme Chevarie, pêcheur, M. Jérémie Cyr, président de l'Office des pêcheurs de homard des Îles-de-la-Madeleine, M. François Gendron, ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec, Mme Jeannine Richard, députée des Îles-de-la-Madeleine et adjointe du ministre, M. Mario Déraspe, président de l'APPIM et M. Léonard Poirier, directeur de l'APPIM.

Photo: Guylaine Richard











La mise à l'eau des casiers à homards s'effectuera le samedi le 27 avril 2013.

Début de la pêche aux homards aux Îles-de-la-Madeleine est prévue pour le 29 avril 2013.

Les premiers homards des Îles-de-la-Madeleine arriveront quelques jours plus tard sur le marché québécois.
homard imLes intervenants de la pêche au homard en Atlantique présentent les enjeux de leur industrie à un comité sénatorial de passage à Moncton, jeudi et vendredi.

Le Comité sénatorial permanent des pêches et océans rencontre à cette occasion des représentants des pêcheurs, des acheteurs et transformateurs, ainsi que des gouvernements des provinces de l'Atlantique et du Québec.



Les membres du comité veulent entendre ces intervenants pour mieux comprendre la pêche au homard, ses défis, ses débouchés et les préoccupations qu'elle suscite.

Portail des Îles de la Madeleine
homardLe ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation M. Pierre Corbeil, Le député des Îles-de-la-Madeleine, Germain Chevarie, ainsi que le député de Gaspé, Georges Mamelonet étaient au Marché du Vieux-Port de Québec ce matin afin de souligner l’arrivée du homard du Québec sur le marché. Il a profité de l’occasion pour faire la démonstration du nouveau système de traçabilité permettant d’attester aux consommateurs le lieu de capture de leur homard.

Le programme de traçabilité mis en place prévoit la reconnaissance des homards pêchés aux Îles-de-la-Madeleine et en Gaspésie au moyen d’une étiquette fixée à l’une des pinces du crustacé et sur laquelle sont gravés un code alphanumérique et le logo d’Aliments du Québec. Signalons que cette année 100 % des homards en provenance de la Gaspésie et 25 % des homards venant des Îles-de-la-Madeleine seront étiquetés. Le programme prévoit que les crustacés récoltés seront tous bagués en 2013. Le consommateur pourra donc désormais consulter le site Internet d’Aliments du Québec et ainsi trouver rapidement le lieu de la capture du homard.

« Les eaux froides et salées des profondeurs de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent donnent à notre homard sa fraîcheur et son goût unique. Le programme de traçabilité permettra aux consommateurs qui désirent faire le bon choix et savourer ce qui se fait de meilleur de s’assurer de la provenance de leurs achats », a indiqué M. Corbeil.

« Voilà des actions qui s’accordent tout à fait avec les orientations du livre vert pour une politique bioalimentaire. En effet, la traçabilité concourt à distinguer les produits marins québécois, tout en renforçant la capacité concurrentielle de l’industrie de la pêche. Elle nous permet aussi de créer un environnement de production durable, qui contribue à l’occupation dynamique de notre territoire. Elle témoigne également de l’engagement et des efforts de nos pêcheurs qui font un travail formidable. Soutenons-les! », a conclu le ministre Corbeil.


 Sur la photo : Germain Chevarie, Georges Mamelonet et Pierre Corbeil
Source : Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation

Pour en savoir plus : Portail des Îles de la Madeleine


ilesdelamadeleineLe ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, ministre responsable des régions de l'Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec et député d'Abitibi-Est, M. Pierre Corbeil, en présence du député des Îles-de-la-Madeleine, M. Germain Chevarie, a dévoilé l’attribution d’une aide financière de 200 000 dollars pour la réalisation du projet de traçabilité du homard vivant de l’Association des pêcheurs propriétaires des Îles-de-la-Madeleine. Le ministre en a fait l’annonce aujourd’hui alors qu’il était dans l’archipel pour participer aux activités entourant la 137e mise à l’eau des casiers.

Le projet prévoit la reconnaissance des homards pêchés aux Îles-de-la-Madeleine et vendus sur le marché québécois grâce à un identifiant fixé à l’une des pinces du crustacé et sur lequel sont gravés un code alphanumérique et le logo d’Aliments du Québec. Le nom du site Internet www.homardsdesilesdelamadeleine.com permet d’indiquer au consommateur le lieu d'origine de la capture du homard et de lui fournir de l’information sur les équipages participants et le milieu marin où ces derniers sont à l’œuvre.

Sur la photo: M. Germain Chevarie, M. Léonard Poirier, dir. de l'APPIM, M. Mario Déraspe, président de l'APPIM et M. Pierre Corbeil, ministre de l'Agriculture, des Pêchereies et de l'Alimentation du Québec.

Photo: Marinel Leblanc


Pour en savoir plus : Portail des Îles de la Madeleine


L’article paru dans la dernière édition du Magazine Les Îles fait la manchette du site Internet www.capacadie.com, le portail le plus lu par les francophones de toutes les régions des maritimes et générant plus de 390 000 visites chaque mois.



homards

Il s’agit là d’une très belle visibilité pour le homard madelinot de même que pour le Magazine Les Îles, le magazine trimestriel distribué gratuitement partout aux Îles de la Madeleine.
Un nouveau clip promotionnel de 15 secondes
pour homardsdesilesdelamadeleine.com.

clip
Le homard des Îles de la Madeleine fait la manchette dans la dernière parution du magazine LES ÎLES.

magazine_front

homards
Pour en savoir plus : http://www.magazinelesiles.com
Cette semaine sur la WebTV des Îles, découvrez les nouvelles actions entreprises pour le rayonnement de cette richesse du fond marin des Îles de la Madeleine...


Monsieur Pierre Corbeil, ministre de l'Agriculture, des pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) a accepté l'invitation du député, monsieur Germain Chevarie, de se rendre au lancement de la 136e saison de pêche aux homards des Îles-de-la-Madeleine. Le nouveau ministre pourra ainsi se familiariser avec les principaux acteurs de l'industrie, notamment les artisans de la mer; les pêcheurs-exploitants. Une rencontre avec les représentants de ceux-ci, soit avec des membres de l'Association des pêcheurs propriétaires des Îles-de-la-Madeleine est prévue afin de discuter d'enjeux touchant l'avenir de l'importante flotte au Québec. Rappelons que les pêcheurs des Îles-de-la-Madeleine récoltent environ 75 % du homard pêché au Québec.
En raison d'une absence d'un couvert de glace dans le golfe Saint-Laurent l'hiver dernier, les Îles-de-la-Madeleine ont subi une plus grande érosion de leurs côtes qu'à l'habitude. Ce phénomène a sûrement contribué, du même coup, à un grand ensablement de certains ports de pêche. Le ministère Pêches et Océans Canada, après analyse avec les acteurs impliqués, en est venu à la décision qu'il serait difficile d'effectuer les travaux de « désensablement » dans les délais requis pour respecter l'ouverture de la saison de pêche aux homards prévue le 2 mai. Celle-ci a donc été reportée au 9 mai, le dépôt des casiers en mer ayant été autorisé à partir du 7 mai à 5 heures.

Sous-catégories