Par Annie Landry -Association des Pêcheurs des Îles-de-la-Madeleine

 

Il n’est pas simple de faire le portrait actuel de l’industrie du homard en quelques lignes. Cependant, selon une étude économique déposée par Pêches et Océans le printemps dernier, l’industrie du homard aux Îles-de-la-Madeleine représente toujours la principale source de revenus pour l’ensemble de la population de l’archipel. Par contre, ce pilier économique subit les conséquences d’une crise généralisée qui ébranle l’industrie du homard à l’échelle de l’Amérique du Nord. Dans l’ensemble des pêcheries du Maine et des provinces maritimes du Canada, le homard des Îles-de-la-Madeleine ne représente qu’environ 5% de ce qui est pêché puis distribué sur les marchés pour lesquels la compétition est forte. Le homard n’étant pas un produit de première nécessité, son prix a dramatiquement chuté avec la crise financière de 2009 et il peine toujours à se relever cinq ans plus tard. En plus, comme les captures sont généralement à la hausse dans plusieurs régions, hausse qu’on attribue surtout au réchauffement des eaux, ceci amène aux acheteurs à quai des Îles-de-la-Madeleine un défi de taille ; la conservation de leurs marchés traditionnels.

 

Innover encore et encore

Le homard des Îles-de-la-Madeleine, selon les connaisseurs, se démarque de par sa qualité supérieure. Sa saveur rehaussée, la qualité de sa chair et l’optimisation de ses valeurs nutritives sont le résultat d’une combinaison de facteurs bien spécifiques. Par exemple, le homard croît dans un milieu naturel sur les fonds rocheux qui entourent l’archipel, ce qui lui assure une carapace solide et riche en minéraux, signe d’un crustacé en excellente santé. Aussi, les captures ont uniquement lieu durant le printemps (une seule saison de pêche par année), dans des eaux très froides et juste avant la mue, ce qui garantit une chair pleine au goût particulier très estimée. Les mesures volontaires mises en place pour conserver la ressource ont également valu à l’Association des pêcheurs des Îles-de-la-Madeleine l’obtention de la certification «pêche durable» par le prestigieux Marine Stewardship Council, un organisme mondial, c’est la première fois en Amérique qu’une association de pêcheurs de homard obtient une telle certification. De ce fait, le homard des Îles-de-la-Madeleine est aussi devenu la première pêche côtière au homard écocertifiée au Canada.

 

L’écocertification

L’écocertification correspond à une catégorisation des produits basés sur le respect de critères environnementaux durables. C’est une tendance qui vient principalement de l’Europe, mais qui prend de plus en plus de place en Amérique du Nord. La certification du Marine Stewardship Council (MSC) s’adresse, elle, uniquement aux produits de la mer. C’est un organisme qui analyse toute pêcherie dans le monde qui désire être reconnu selon les plus hautes exigences de durabilité. Donc, la certification MSC assure aux consommateurs que lorsqu’ils achètent du poisson ou des fruits de mer, ils ne participent pas au problème mondial de la surpêche ni à la destruction des fonds marins. Cette nouvelle tendance vient donc d’une conscience environnementale grandissante et c’est pour répondre aux exigences de leurs consommateurs que les grandes chaînes d’alimentations du Québec amorcent ce type de virage.

 

La traçabilité

La traçabilité, c’est enfin une identification adéquate du homard, qui permet son suivi de la mer à l’assiette ; du pêcheur au consommateur. Pour ce faire, les homardiers des Îles-de-la-Madeleine apposent un élastique muni d’un identifiant affichant les logos du MSC d’un côté et d’Aliment du Québec de l’autre. Ces identifiants sont munis d’un code sécurisé dans le but de tracer la provenance du produit. Afin d’en vérifier l’origine, le consommateur n’a qu’à entrer ce numéro à l’endroit désigné sur le site www.homardsdesilesdelamadeleine.com et y retrouver de l’information tant sur les pêcheurs participants que sur la pêcherie au homard des Îles-de-la-Madeleine. En exigeant le homard identifié Îles-de-la-Madeleine, le consommateur a maintenant la possibilité d’acheter un produit de qualité et de participer au maintien d’une pêche durable.

 


Une campagne de promotion du homard des Îles-de-la-Madeleine est rendue possible grâce au partenariat entre les caisses populaires des Iles et l’Association des pêcheurs des Îles-de-la-Madeleine. De gauche à droite : M. Yvon Cormier directeur général de la caisse de Fatima, M. Benoit Cormier directeur Gestion des avoirs et Services aux particuliers à la caisse Des Ramées, M. Léonard Poirier directeur de l’Association des pêcheurs des Îles, Mme Annie Landry responsable des communications à l’Association des pêcheurs des Îles, M Dany Cormier Directeur principal de Desjardins entreprises et M. Francis Simard directeur général de la caisse de Havre-aux-Maisons.